Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
28 février 2010 7 28 /02 /février /2010 15:42

 

On criera à la banalité, on stigmatisera mon amateurisme d’auditrice, on accusera mon manque de références : qu'importe, j’avoue, assume et revendique être totalement sous le charme de la voix d’Alfred Deller.

Je n’aurais pas évoqué un sujet auquel je ne connais rien et pour lequel je n’ai aucune nouveauté à proposer si je n’avais eu l’occasion de réveiller cette passion lors de la projection, au Louvre, de films (certains très rares) sur les voix baroques (je n’ai vu que le programme sur les voix d’hommes).

Je vous passe la présentation érudite, abordable et colorée d’Ivan Alexandre et les discussions – fort intéressantes - sur les dénominations hasardeuses de contre ténor, alto, haute contre… sur le moment  j’ai compris mais serais bien en peine de diffuser. Le résultat, pour moi, de ces presque quatre heures de films disparates, émouvants ou hilarants est simplement que nul, sans remettre en cause les qualités indiscutables et talents exceptionnels, nul ne peut atteindre au sublime de la voix d’Alfred Deller.

Qu’importe les particularités comme sa formation plus ou moins autodidacte, ou le fait qu’il ait entamé sa carrière de soliste après quarante ans. La voix de Deller est une évidence, un miracle, et ce miracle ne prouve certes pas l’existence de dieu ou les bienfaits de l’air du pays de Galles : il se fait entrevoir avec grâce et  simplicité.

La voix n’est que le véhicule dit Deller… le double sens du terme me fait glisser vers les noms de Rolls Royce, Cadillac, et renoncer tout aussitôt à une telle vulgarité.

Comme la plupart des chanteurs entendus (j’en ai découvert la plupart) Deller est nettement meilleur dans sa langue, sa culture natales. Ne pouvant parler que de la petite partie de ce que je connais je retiens, hors musique sacrée, l’album de Folk songs enregistrée avec son fils Mark en 1971 (il avait enregistré la plupart de ces titres en 1955, également avec Desmond Dupré au luth et à la guitare) et entre autres très chansons le poignant Lord Randall.


 

 

Repost 0
Published by Lafo - dans zoreilles
commenter cet article
27 février 2010 6 27 /02 /février /2010 21:25


affiche mars


voici une idée pour se concocter une journée rien que pour nous lundi 1er mars (pour nous et pour ce et ceux qui comptent pour nous...)

on trouve 
ici des précisions sur comment participer si on travaille

il y a beaucoup de façons de se sentir inopportun, mal accueilli, exclu... je n'arrive pourtant pas à imaginer ce qu'éprouvent plus de 5 millions de personnes d'origine étrangère en France depuis quelques mois, alors que moi qui suis née ici, je sens de jour en jour un malaise qui s'insinue dans ma vie quotidienne et ma façon de voir l'avenir.



... ça me rappelle qu'il y a un peu plus d'un an, la mort, dans la rue, d'une personne sans domicile fixe avait amené un peu d'émotion dans mon quartier... on oublie vite !

Monsieur Jacques était né à Belleville, où il avait été garagiste, ou mécanicien (?)
Il aimait bien boire ; pendant des années, vivant dans des petits hôtels du 19e, il allait tous les jours à la librairie d'occasion de la rue Bouret et se faisait payer un casse-croûte par le patron ou ses copains.
Il y a quelques années, Monsieur Jacques a revu brièvement son fils, qui était chauffeur de bus, et avait besoin d'un papier pour son divorce (?)
Il était né un 15 décembre ; il prétendait être sourd (parce que ça l'arrangeait ?)
Monsieur Jacques avait eu un surnom : 4 zyeux
Après que la librairie ait fermé, en 2004, sa vie a un peu changé (il est "parti en vrille") 

       

     mjacques1


mjacques2


Mjacques3


mjacques4







Repost 0
Published by Lafo - dans zidées
commenter cet article
26 février 2010 5 26 /02 /février /2010 21:30



... surpris dans le tourbillon urbain 

3man


 
Repost 0
Published by Lafo - dans zyeux
commenter cet article
25 février 2010 4 25 /02 /février /2010 14:28




canard-manege-1.jpg


Repost 0
Published by Lafo - dans zâneries
commenter cet article
25 février 2010 4 25 /02 /février /2010 13:52


affiche-slow-joe.jpg

Joe vit sur une île face à Goa, il n’a jamais quitté l’Inde avant décembre 2009 ;  Cédric donne des cours de maths à Lyon, il part l’été 2007 visiter le continent indien.

Leur histoire ? une rencontre sur la plage, des mots et des notes, le virage musical du plus jeune, de retour en France, à partir des enregistrements faits de son ami, quelques allers-retours et discussions animées…  2 ans plus tard le projet de faire venir Joe en France se réalise. La presse s’en est largement fait l’écho (Le monde, L'express...) et le petit groupe constitué, Slow Joe & the Ginger Accident s’est produit aux Transmusicales de Rennes après quelques répétitions rapides.

Slow Joe & the Ginger Accident revient pour deux concerts les 17 mars (à Lyon) et 28 mars (à Paris) 

Tout sur eux
ici ; malheureusement le lien vers les vidéos n’est pas toujours là mais il y a moyen de les entendre et voir par-ci par-là

Repost 0
Published by Lafo - dans zoreilles
commenter cet article
25 février 2010 4 25 /02 /février /2010 08:31

je ne serai pas la première à l'annoncer (et l'exposition est déjà bien entamée) mais je tiens à faire figurer cette personnalité ici : Elliott Erwitt de retour à Paris (il y est né il y a quelques années)
 
d'abord j'ai sauté de joie en voyant que la MEP organisait cette rétrospective, qui est en fait présentée comme une sélection par Elliott Erwitt de ses images préférées, ce qui est mieux qu'un accrochage pensé par le seul commissariat
 
ensuite la photographie, ayant pris beaucoup de place dans ma vie en tant qu'auteur (faiseuse sera mieux qu'auteur), m'a amenée à montrer sur internet ce que je tentais de faire : site de Pixelvalley bien pratique pour avoir des retours, des conseils... et un peu plus encore ; puis à créer ce blog afin de diversifier mes moyens d'expression, car l'image n'est pas tout
 
enfin, l'approche d'Erwitt hors commande (il est un photographe à multiples casquettes et facettes) me semble souvent assez voisine de... je ne peux parler de ma démarche... disons de ce qui me fait prendre une photo : quelque chose qui se passe dans le moment que je suis en train de vivre... pour résumer de façon simpliste
 
le mieux c'est de voir de ses yeux : il y a cette expo à la MEP, tous les livres publiés par Erwitt, son site...
 
et le mini scoop sera cette photo de la rencontre, chez Honoré de Balzac, de Monsieur Erwitt avec l'Ubuzac d'Enrico Baj : Ubuzac paraît tomber à la renverse de saisissement à la vue d'Erwitt


musee23


littérature, photographie, peinture... voici un raccourci de ce qui devrait être très présent sur ce blog, et parfois mêlé ; il y manque le cinéma mais nous l'avons évoqué en clin d'oeil lorsque j'ai dit à Erwitt que depuis une entrevue - durée maximale 2 secondes 3 centièmes - avec Richard Widmark... il était "ma" rencontre de personnalité du monde artistique la plus impressionnante !

 
Repost 0
Published by Lafo - dans zyeux
commenter cet article
24 février 2010 3 24 /02 /février /2010 22:52

un peu vite décidé, le nom de ce blog, il veut dire quoi ?

vers la clarté sans peur de l'ombre, je vais avancer à découvert, avec des zones moins nettes, des tergiversations et revirements, qui sait, des emballements ? et dans l'écheveau : ma ligne à moi
 
pour débuter l'exercice, le zéro du commencement est une image : dimanche dernier, pas loin d'ici, c'est un zéro qui tombe à l'eau, qui s'inverse dans le reflet.
 
qu'est-ce que ça donne un zéro inversé ???

plus zéro... moins zéro ?...

ça fait des ronds dans l'eau ?

une bouée jetée qui suit le mouvement,

un petit remous ballotté au gré du courant

 

zero dans l eau

 

 
Repost 0
Published by Lafo - dans zautres
commenter cet article

  • : L'HUMEUR DE LAFO
  • L'HUMEUR DE LAFO
  • : vers la clarté... avancer à découvert, avec des zones moins nettes, des tergiversations et revirements, qui sait, des emballements ? et dans l'écheveau : ma ligne à moi
  • Contact