Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
6 juin 2013 4 06 /06 /juin /2013 20:17

 

 

Paris
Il est aussi un autre réel de campements humains, qui plantent dans le cadre disparate de la cité, la permanence atemporelle du passage sur terre : organique chimie, fluides changeant de vase, éther et étonnements.
Paris, une vieille jeune femme aux pieds croupissant dans une eau infusée d’antibiotiques et de psychotropes, au regard tourné vers une campagne bouleversée. Combien peu de temps pourtant à la nature, pour regagner pouvoir sur ces bâtisses et voies goudronnées, pour investir les fissures du rêve et failles des terrasses, pour manger les murs, faire fructifier l’humidité, propager ses animaux victorieux !
Vivons-nous un Paris du XIXe siècle, dont les arrière-cours recèlent encore des charrettes à bras, dont la société commerciale ne prend pas la peine de cacher les esclaves au dos usé ? Voguons-nous sur le bateau ivre d’un XXIe siècle qui éclabousse de non virtualités l’homme égaré dans ses certitudes douteuses ?

 


Partager cet article

Repost 0
Published by Lafo - dans zautres
commenter cet article

commentaires

Isatis 07/06/2013 08:38

Boh… c'est pas grave si l'homme disparait……… il restera la femme :-))
Sans blague, quand l'humain disparaitra, la nature reviendra changée mais elle reviendra. A part deux-trois forêts, un ou deux déserts et les immensités océanes, il n'y a plus de lieux
originellement naturels depuis bien longtemps.
Dans mon coin de planète les champs de blé ont modifié les coteaux au néolithique par exemple… c'est pas d'hier ^^

Lafo 08/06/2013 22:51



c'est étonnant la rapidité qu'a une végétation (pas toutes) à reprendre la place laissée



Serge 07/06/2013 05:31

Veux-tu dire que la Terre reprendra ses droit ? Sans doute, quand l'Homme se sera détruit. J'ai bien peur que ce ne soit pas dans dix siècles.

Lafo 08/06/2013 22:52



moins que 10 siècles


ce texte est le collage des chutes écartées de l'édito que j'ai fait pour une revue de photo spéciale Paris 



  • : L'HUMEUR DE LAFO
  • L'HUMEUR DE LAFO
  • : vers la clarté... avancer à découvert, avec des zones moins nettes, des tergiversations et revirements, qui sait, des emballements ? et dans l'écheveau : ma ligne à moi
  • Contact