Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 février 2015 6 07 /02 /février /2015 11:24

tout avait pourtant l'air calme

il y a un mois

Partout, toujours, le bon côté des choses renverse la fatalité et nous sert sur un plateau ce que nous étions incapables de fabriquer en temps « normal »

en 25 ans j’ai vu deux fois, dans mon quotidien, qui était alors à Paris, l’espace que quelques jours ou semaines, la population de Paris* bouger, se voir, se parler, se rencontrer, se mélanger, goûter l’air de la rue : lorsqu’il y a eu la grande grève et lorsque la première canicule a sévi

en 1995 on soupirait, on riait, les regards se croisaient et s’attardaient, on se donnait des infos, on râlait, on arrêtait les voitures pour s’asseoir dedans ¼ d’heure et ne pas faire plus de 300 m, on repartait à pied, on se perdait dans des zones de banlieue en faisant du stop… c'est vexant pour ceux qui occupent le terrain de la rue habituellement et moutonnièrement pour traînasser, dealer, commérer, draguer, commercer, de se voir un peu dépossédé, mais c'est intéressant, car il n’y a pas de monopole ; et comme par hasard cette période a été suivie d’un temps plus extérieur, plus public, moins cocoon/télé

en 2003 on soufflait, on soupirait, on buvait, on souriait, on s’affalait, on s’aspergeait, on râlait, on insomniait, on se parlait, on s’éventait, les regards se croisaient et s’attardaient, on dégoulinait… c'est vexant pour ceux qui occupent habituellement et moutonnièrement le terrain des jardins publics et parcs pour s’exténuer à courir un baladeur sur les oreilles et une capuche sur la tête, ou pour promener chiens et bébés, de se voir un peu dépossédé, mais c'est intéressant, car il n’y a pas de monopole ; et comme par hasard cette période a été suivie d’un temps plus extérieur, plus public, plus apéros en plein air et pique nique

c'est vexant pour ceux qui occupent le terrain de la colère habituellement et moutonnièrement de se voir un peu dépossédé, mais c'est intéressant, car il n’y a pas de monopole ; et comme par hasard cette période méli mélo de n’importe quoi est suivie d’ échanges, réflexions, réactions ; parce que ce n’est pas en tournant avec les mêmes personnes et les mêmes idées qu’on comprend la société, et il y a peu de moments où les gens très différents se rencontrent

* « une partie de la» population de Paris, puisque certains ne prennent jamais leurs jambes, ni les transports en commun, ni l’air de Paris ; eh oui, il y a des mondes parallèles…

Partager cet article

Repost 0
Published by Lafo
commenter cet article

commentaires

  • : L'HUMEUR DE LAFO
  • L'HUMEUR DE LAFO
  • : vers la clarté... avancer à découvert, avec des zones moins nettes, des tergiversations et revirements, qui sait, des emballements ? et dans l'écheveau : ma ligne à moi
  • Contact